Actualités

23 novembre 2020 : Une jeune Saint-Pierraise travaille dans un programme scientifique sur l’omble de Fontaine pendant 6 mois à Saint-Pierre et Miquelon

Eve Briand, diplômée en biologie, va travailler sur l’omble de Fontaine sur l’archipel.

« Je sors d’une licence en biologie, géologie et environnement que j’ai validée en juin 2020, puis j’ai commencé à travailler sur le projet OMBLESPM début novembre. Ma mission est d’abord de synthétiser l’ensemble des connaissances acquises localement sur l’Omble de Fontaine. Il faut donc rencontrer les gens, parler avec eux, et aussi faire un travail d’analyse des documents, entre autres ! 
C’est génial de voir qu’il y a des opportunités pour les jeunes dans le domaine des sciences et techniques ici dans l’archipel. Un des objectifs du projet est aussi que cela continue.
Concernant le projet, il a plusieurs volets. D’abord la synthèse des données, puis prévoir de nouveaux travaux de terrain pour compléter celles-ci. On pourra ainsi comparer le tout avec des données extérieures à l’archipel.
Ce projet prévoit parallèlement de développer d’autres activités en lien avec la pêche : l’écotourisme et la création d’une « maison de la pêche et de la protection des milieux aquatiques. 
Tout ça a pour objectif de mieux connaître l’espèce (et ses possibles particularités ici à SPM), de gérer la pêche sportive en associant les pêcheurs locaux, et de renforcer les liens entre Français, Canadiens, St-Pierrais et Miquelonnais, dans un cadre scientifique et technique. »

LE 18 NOVEMBRE 2020 : Conférence en ligne gratuite et ouverte à tous : « Regards croisés sur les pratiques archéologiques entre chercheurs français et québécois en Atlantique Nord »

à 10h30 (heure du Québec) | 16h30 (heure de France) / 12h30 heure de Saint-Pierre et Miquelon, via la plateforme zoom.

Présentateurs : Réginald Auger (Université Laval, Québec) et Grégor Marchand (Université Rennes 1, CNRS, France)

Présenté en partenariat avec des chercheurs de l’Université Laval au Québec et de l’Université Rennes 1 en France, ce webinaire s’intéressera à la présence de sites archéologiques sur l’archipel de Saint-Pierre et Miquelon. Réginald Auger et Grégor Marchand collaborent depuis plusieurs années afin de mieux comprendre l’occupation du territoire sur le site préhistorique de l’Anse-à-Henry sur l’Île Saint-Pierre. Au fil des différentes fouilles archéologiques et de leurs prospections dans l’archipel, les nombreux vestiges retrouvés témoignent d’une histoire remontant à environ 5000 ans. Ce sont ainsi plusieurs cultures qui se sont succédé sur un site de plus de 8 hectares à l’Anse à Henry. Malheureusement, la présence d’une érosion naturelle très active sur le site laisse présager une destruction prévisible de ce patrimoine.

Pour plus d’informations, vous référer au site internet de l’IFQM ou assistez tout simplement au webinaire en direct via ce lien Zoom.

6 novembre 2020 – Le programme scientifique AUDITIF débute à Saint-Pierre et Miquelon :

L’année dernière, une équipe d’écologues du milieu marin ont publié cet Atlas des fonds sous-marins de Saint-Pierre et Miquelon (disponible chez votre libraire).

https://media.ouest-france.fr/v1/pictures/MjAyMDAxODVmOTNlNDJjNmI4MGViNmVjMjEzY2YyYmIyY2U1ZDU?width=480&focuspoint=50%2C25&cropresize=1&client_id=bpeditorial&sign=cb05736601a7123e426c8cb75b595a652f498eebc8a38a03c9eb29220af15cb1

A partir de cette année, ils étudieront la sensibilité des espèces invertébrées sous-marines aux différentes pollutions, en particulier sonores.

Après une semaine de septaine, les scientifiques ont déployé les instruments de mesure en mer pour démarrer un suivi régulier et prolongé, du « paysage sonore » sous-marin à Saint-Pierre et Miquelon.

3 Novembre 2020 – Saint-Pierre et Miquelon dans 100 ans? Quel futur? Quels choix possibles ?

« Si le temps le permet », une enquête sur les territoires du monde anthropocène, est un essai du géographe Stéphane Cordobes, postfacé par Michel Lussault, publié aux éditions Berger Levrault.

30 octobre 2020 – 2ème comité de pilotage de la plateforme de recherche réunissant les acteurs locaux autour des sciences à Saint-Pierre et Miquelon

Reportage d’Aldric Lahiton, au journal de 20h de SPM 1ère présenté par Claudio Arthur :

Présentation comité de pilotage

L’avancement du projet de plateforme de recherche a été présenté aux représentants présents autour de la table et les questions de l’ordre du jour débattues (stratégie scientifique, gouvernance, partenariats).

Les acteurs présents ont renouvelé leur intérêt pour le rôle d’animation de la plateforme de recherche entre scientifiques, gestionnaires, entreprises et société civile, ainsi que leur volonté d’une mise à disposition des données et résultats de la recherche.

14 octobre 2020 – Premiers Résultats du programme Atlantîles : Pêche et tourisme

atlantiles
  • Un état des lieux de l’archipel : Robert M., Alban F., Cormier J., Le Floc’h P., 2020, Saint-Pierre et Miquelon : Statut, Institutions, éléments de contexte, Livrable 03, projet Atlantîles, UBO, Brest, 53p.
atlantiles

  • Un ATLAS des fonds marins de l’archipel Saint-Pierre et Miquelon (disponible à la librairie Lecturama)
  • 2 rapports de stages :

Jean-François Dewals, 2019, Valorisation de la pêche artisanale de Saint-Pierre et Miquelon : potentialités du marché local.

atlantiles

Anaïs Roussel, 2019, Stock Assessment of the American lobster stock in the French archipelago of Saint-Pierre and Miquelon

atlantiles

29 septembre 2020 – Un article scientifique consacré à la flore de l’archipel de Saint-Pierre et Miquelon est paru cette année

Par Serge Muller, professeur au Museum National d’Histoire Naturelle, qui a travaillé en collaboration avec Roger Etcheberry et Daniel Abraham pour cet article très illustré, en deux parties :

1ère partie : S. Muller, (2020), La flore de l’archipel de Saint-Pierre et Miquelon (partie 1), Hommes et Plantes n°112, 29p.

Article Serge Muller partie 1

2nde partie : S. Muller, (2020), La flore de l’archipel de Saint-Pierre et Miquelon (partie 2), Hommes et Plantes n°113, 21p. :

14 septembre 2020 – Comptages et pose de balises Argos sur des phoques veaux marins et phoques gris de l’archipel

Voir le reportage photo par la plateforme de recherche, sur la mission de capture et pose de balise en partenariat avec le personnel du service biodiversité de la DTAM à Saint-Pierre et Miquelon et l’OFB.

pose balise COPEMAM
Pose de la balise sur le phoque par les scientifiques du programme COPEMAM. Photo : Mylène Tesson, plateforme de recherche.

4 septembre 2020 – Cette semaine une archive audio .mp3 à découvrir ou redécouvrir en anthropologie maritime à Saint-Pierre et Miquelon :

« Aliette Geistdoerfer, Saint Pierre et Miquelon, espoirs et déboires d’une île française en Atlantique nord »

Dans cette interview de Marion Delhaye en 2008, enregistrée à Paris, Aliette Geistdoerfer évoque son parcours d’ethnologue, ses travaux de recherche sur Saint-Pierre et Miquelon, explique les grandes différences entre cet archipel et celui des îles de la Madeleine (sur lequel elle a également travaillé), revient sur le quotidien des Saint-Pierrais du 19ème jusqu’à aujourd’hui, nous parle enfin des initiatives économiques récentes et des enjeux socio-économiques à la fin des années 2000.

Mousse aide-cuisinier, 1937, Chas-Laborde. Extrait de A. Geistdoerfer, (2012) « Apprendre tous les jours pour entrer dans la 4e dimension, devenir marin pêcheur ».

Aliette Geistdoerfer était ethnologue, directrice de recherche au CNRS et fondatrice en 1970 du Centre d’ethno-technologie en milieux aquatiques (CETMA), association préfigurant les formations CNRS et Muséum en anthropologie maritime.

Toutes ses publications sont à retrouver dans la rubrique « passé de la pêche et patrimoine maritime » de la Bibliothèque scientifique de l’archipel

Août – 7 Septembre 2020 – Renouvellement des membres du Conseil Scientifique Territorial du Patrimoine Naturel (CSTPN)

Vous êtes scientifique et vous êtes intéressé(e) pour vous impliquer dans cette instance : contactez le service biodiversité de la DTAM.

Le CSTPN à Saint-Pierre et Miquelon se réunit deux fois par an. Comme tous les CSRPN de France, il a vocation à émettre des avis ou des souhaits sur des thématiques très diverses. Le CSTPN peut saisir des experts sur ces thématiques. Il peut aussi s’ auto-saisir sur une thématique sur laquelle il pense devoir émettre un avis scientifique. Le Préfet et le Président de la Collectivité Territoriale en assurent la direction. La Direction des Territoires, de l’Alimentation et de la Mer (DTAM) en assure le secrétariat. Le ou la président(e) du CSTPN est l’un(e) des membres du CSTPN, élu(e) par ses pairs à l’issue de la première assemblée.

Lundi 31 août 2020 – Conférence à Saint-pierre et Miquelon – Journée de la science – 1ère édition

Lundi 31 août 2020 – Cette conférence à Saint-Pierre et Miquelon – Journée de la science sera dédiée à l’archéologie. Gregor Marchand, archéologue, présentera une conférence le lundi 31 août 2020 à 18h. Lieu à confirmer.

18 août 2020 – Prospection archéologique sur l’archipel Saint-Pierre et Miquelon

pointes de harpon
Pointes de harpon trouvées à l’anse à Henry. La découverte de nouvelles carrières de rhyolite à Miquelon, utilisées par les populations paléoesquimaux et amérindiennes pour produire des outils, laissent présager que le site archéologique de l’anse à Henry n’est pas un site isolé, mais au contraire une partie d’un site immense à prospecter.. Photo : M. Tesson.

Gregor Marchand, (chercheur au CNRS) et Cédric Borthaire, référent archéologique de l’archipel pour la Préfecture, présentent les résultats de leur prospection archéologique au journal de 20h le 30 août 2020 :

A l’anse à Henry, les travaux archéologiques de Jean Chapelot dans les années 1980, puis de Jean-Louis Rabottin et Sylvie LeBlanc dans les années 2000, ont permis la découverte de l’habitat préhistorique de l’Anse-à-Henry. Les villages de ces peuples nomades, amérindiens et paléoesquimaux, s’y sont succédé pendant environ 5000 ans, avant que les peuples européens n’y laissent eux-aussi leur empreinte.

La reprise d’un programme de recherche sous la direction de Réginald Auger (Université Laval, Québec) et Grégor Marchand (Université de Rennes 1 / CNRS, France) vise à mieux comprendre ce site. Il s’agit aussi d’anticiper les effets de la forte érosion qui l’affecte.

En parallèle, un travail de prospections vise à trouver d’autres sites sur l’archipel. Les futures fouilles aideront à mieux comprendre la manière dont ces peuples de pêcheurs et de chasseurs ont occupé les paysages.

archéologie à l'anse à Henry Saint-Pierre et Miquelon
L’archéologue Gregor Marchand (à gauche) et Cédric Borthaire, référent archéologique de l’archipel (à droite). Le site archéologique de l’anse à Henry s’érode rapidement, une fouille approfondie du site doit être réalisée en urgence, en parallèle d’un suivi de l’érosion. Photo : Mylène Tesson, plateforme de recherche.
site archéologique anse à Henry
Le site de l’anse à Henry était occupé saisonnièrement par des populations paléo-esquimaux. Il s’agit d’un site stratégique pour l’accès à la nourriture : ramassage des œufs sur le grand Colombier et chasse aux animaux marins dans la passe à Henry. La présence d’un ruisseau permet également l’approvisionnement en eau potable. Photo : Mylène Tesson, plateforme de recherche.
grattoir
Plusieurs sites d’extraction de rhyolite existent sur l’archipel, pour la fabrication d’outils par les populations paléoesquimaux. Ici il s’agit certainement d’un grattoir, outil destiné à tanner les peaux. Photo : Mylène Tesson, plateforme de recherche.
Gregor Marchand, archéologue préhistorien, et Cédric Borthaire, référent archéologique de l’archipel, ont réalisé ensemble la prospection archéologique sur Langlade. Cette collaboration permet de réels apports mutuels, une meilleure appropriation des résultats de la science par le territoire, un suivi sur le long terme et un agent facilitateur pour les scientifiques. Photo : Mylène Tesson, plateforme de recherche.

8 juillet 2020 – 1er comité de pilotage de la plateforme de recherche à Saint-Pierre et Miquelon

1er copil de la plateforme SPM

Le 8 juillet s’est tenu le premier comité de pilotage réunissant les partenaires du projet (Université de Bretagne Occidentale, Ifremer, CACIMA, Préfecture SPM) et des représentants économiques et politiques du territoire. En savoir plus : voir le comité de pilotage et les participants (les étapes du projet. ), voir le diaporama du comité de pilotage ou écouter la présentation du projet à la radio ou au journal :