Étapes du projet de plateforme de recherche

Qui ?

Le projet de plateforme de recherche à Saint-Pierre et Miquelon réunit les partenaires scientifiques, politiques et économiques de l’archipel.

Les partenaires qui impulsent :

La liste des partenaires sera amenée à évoluer avec les organismes de recherche intéressés par la recherche sur les écosystèmes et populations subarctiques à Saint-Pierre et Miquelon.

comité de pilotage 8 juillet
Le préfet de Saint-Pierre et Miquelon (au centre), le président de la CACIMA (à droite) et l’adjointe au maire de la mairie de Saint-Pierre (à gauche), lors du comité de pilotage de la plateforme de recherche le 8 juillet 2020. Photo : Jean-Christophe L’Espagnol.

Quand?

La plateforme de recherche est en phase « avant-projet » entre mars 2020 et mars 2021.

La phase avant-projet se termine en 2021, par un dossier précisant les modalités concrètes de la mise en place. Quels locaux? quel personnel? quel budget? quelle gouvernance? quelles sources de financements? réseau scientifique? Les propositions pour la plateforme de recherche auront été discutées en comité de pilotage.

A partir de 2021, le projet de plateforme de recherche entrera dans sa phase concrète. Les partenaires du projet investiront en fonction des potentiels décrits.

Comment?

Le projet de plateforme de recherche est en construction avec les acteurs locaux et les scientifiques, via la mission de préfiguration :

La co-construction prend du temps (1 an), mais elle vaut le coup!

Les acteurs locaux sont rencontrés individuellement sur l’archipel, pour connaître leurs besoins et leur point de vue sur les apports potentiels de cette plateforme de recherche. Les représentants du territoire ont été conviés à participer au comité de pilotage, pour participer et orienter l’élaboration de cette plateforme (voir plus bas).

Une chargée de projet (Mylène Tesson) a été recrutée pour piloter cette phase d’avant-projet pendant un an. La mission de préfiguration en bref :

  • Recenser les besoins logistiques nécessaires au bon accueil des organismes de recherche français, européens et canadiens
  • Réaliser un état des lieux des travaux scientifiques menés sur l’archipel
  • Faire remonter les besoins des acteurs de l’archipel en termes de recherche sur les écosystèmes et sociétés
  • Animer la concertation et le comité de pilotage
  • Renforcer le réseau et les liens entre scientifiques français, européens, canadiens, et les populations locales de l’archipel, en favorisant les actions de médiation scientifique
  • Mettre en place une stratégie de communication pour faire connaître la plateforme, renforcer son potentiel attractif pour les différents laboratoires français, européens et canadiens.
  • Proposer des modalités concrètes : lieu, organisation, structure juridique, plan de financement (Agence nationale de la recherche, Fonds européens), programmation technique pour le fonctionnement de la plateforme

Comité de pilotage local

Le premier comité de pilotage réunissant les représentants politiques et professionnels de l’archipel a eu lieu le 8 juillet 2020.

réunion CACIMA
Le pilotage de la plateforme de recherche par des représentants du territoire à Saint-Pierre et Miquelon, réunis à la CACIMA de Saint-Pierre. Photo : Jean-Christophe L’Espagnol.

Il a permis de présenter aux représentants de l’archipel :

1. Les besoins de l’archipel vis à vis de la recherche, énoncés par 37 représentants du territoires rencontrés individuellement

2. Les propositions pour la réalisation de la plateforme de recherche, à discuter avec les représentants du territoire présents au comité de pilotage.

diapo comité de pilotage
Présentation des besoins du territoire recensés auprès des 37 représentants rencontrés, et des propositions pour la plateforme de recherche.

Il a permis d’acter les volontés des acteurs locaux :

  • Améliorer la connaissances des écosystèmes de l’archipel et du fonctionnement actuel de la vie sociale et économique de l’archipel en appui à la prise de décision politique,
  • Connaître et anticiper les impacts du changement climatique sur les milieux naturels,
  • Faire le lien entre les scientifiques de passage sur l’archipel et la population, par le biais des écoles, musées, organismes de formation, à travers des actions qui peuvent susciter des vocations scientifiques pour les jeunes de l’archipel
  • Avoir à disposition, localement, les résultats de la recherche pour favoriser les transferts de compétences